A-A+
02 99 85 83 20

Historique

La Congrégation des Soeurs Hospitalières de Saint Thomas de Villeneuve fut fondée à Lamballe, en Bretagne, en 1661, par le Père Ange Le Proust (1624-1697), religieux augustin, alors prieur du couvent de l’Ave Maria de cette même ville.

L’Acte de Fondation est signé le 16 février 1661, entre la ville de Lamballe et la Confrérie de la Charité pour « La plus grande gloire de Dieu et le bien public… sur proposition du Père Ange Le Proust ».

L’installation des 3 premières jeunes femmes a lieu, solennellement le 2 mars 1661. Les soeurs vivront parmi les malheureux, dans l’hôpital même.

Quand le 16 octobre 1697 le Père Ange meurt, la Congrégation compte une vingtaine de communautés. La voie est tracée, les nouvelles hospitalières seront les pionnières qui ouvrent le chemin à toutes celles dont l’idéal sera le même au cours des siècles :

  • Aimer et servir dieu et le prochain
  • Faire fleurir l’hospitalité
  • Agir auprès de tous avec tendresse et cordialité

1698 – La Maison-Mère s’installe rue de Sèvres à Paris, en parallèle de l’expansion des maisons.

1761 – 1er Centenaire de la Fondation : environ 56 maisons confiées à 330 sœurs.

1774 – Première édition des Constitutions

Attentive aux détresses des hommes de son temps, la Congrégation avait dû étendre sa mission pour répondre aux besoins nouveaux et aux appels de l’Église. Ses activités dépassaient, depuis longtemps déjà, le cadre des petits hôpitaux des origines. Aussi était-il nécessaire de préciser les Constitutions :

« On leur demandera, avant de les admettre à la profession, si elles ne sont pas indifférentes pour tous les emplois et lieux où on voudra les occuper, et également contentes de servir Dieu et le prochain, dans les grands comme dans les petits hôpitaux, dans les maisons de refuge comme dans celles de pensionnaires, dans les maisons de retraite comme dans les écoles charitables… »

1778 – Les mères de la congrégation de Saint Thomas de Villeneuve fondèrent à Rennes « un pensionnat pour l’éducation des Demoiselles », l’hôtel des Demoiselles étant situé près de la rue de Saint Hélier.

1825 – Les Religieuses achètent une maison bourgeoise rue Saint Louis. Une chapelle et des locaux furent construits et rendus convenables pour la communauté. La maison est désormais connue sous le nom de Saint Thomas et un certains nombre d’élèves furent admises.

1832 – On jugea à propos de cesser cette oeuvre éducative. Saint Thomas devient la résidence d’Assistance du Canton, et présenta un séjour agréable pour le repos des Mères et Soeurs infirmes ainsi qu’une résidence passagère pour les Mères et les Soeurs que les circonstances amènent à Rennes.

1844 – Un bâtiment fut construit, et en 1845 la congrégation se chargea gratuitement « d’un ouvroir » composé d’une trentaine de jeunes filles externes et d’une quinzaines d’internes.

1908  Les classes furent fermées et les oeuvres annexes demeurèrent.

1948 – L’établissement Saint Thomas de Villeuneuve est agréé en qualité d’établissement de repos par la direction régionale de la sécurité sociale et le 06 novembre de la même année, l’établissement est conventionné pour 10 lits.

Par décret du Premier Ministre et du ministère de la santé, le 03 novembre 1976, l’établissement adhère au service public hospitalier.

Un arrêté du Préfet de la Région Bretagne du 24 mars 1987 autorise la création de 19 lits supplémentaires pour arriver à une capacité d’accueil de 55 lits, transférés plus tard à la Polyclinique St Laurent.

2001 – Le projet de création de l’Etablissement d’Hébergeant pour Personnes Agées Dépendantes est favorablement acceuilli par les autorités publiques. La Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales donnait également par l’intermédiare de son rapporteur « un avis favorable ».

2002 – Le Préfet de la Région Bretagne, préfet d’Ille et Vilaine, et le Président du Conseil Général arrêtent la demande de création d’un établisssment d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) de 87 lits dont une unité d’accueil spécifique de type cantou pour personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer ou syndromes apparentés de 12 lits.

C’est ainsi, que le 26 décembre 2006, date à laquelle a été signée la première convention tripartite 2006-2010, la maison Saint Thomas de Villeneuve a ouvert ses portes au coeur de Rennes.